Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parures de Petitebijou

Publié depuis Overblog

10 Février 2014 Publié dans #Roman

Critique effectuée dans le cadre de Masse Critique - Merci à Babelio et aux Editions Flammarion

Je connaissais le songwriter Woody Guthrie grâce à son disciple Bob Dylan, et bien que je n’aie pas écouté ses chansons depuis longtemps, je me souvenais de son style simple et poétique, pour autant que je puisse en juger en langue américaine.

Ce roman possède une voix singulière. Il nous raconte la vie de misère dans les années 30 d’un couple, Tike et Ella Maie, lors de la Grande Depression, dans l’état du Texas.
On pense à Steinbeck bien sûr, mais la voix de Woody Guthrie est un mélange très surprenant d’âpreté et de poésie, ces deux sensations étant très souvent liées d’une façon très intime et même charnelle, ce qui fait de cet ouvrage un moment de lecture très intense.
Les conditions de vie du jeune couple sont dépeintes avec fatalisme et précision, Woody Guthrie nous fait ressentir physiquement la saleté, la puanteur, l’hostilité de la nature. L’attitude du couple, buté, imperméable au monde extérieur qui n’est qu’adversité, est un peu effrayant dans son entêtement qui semble suicidaire, jusqu’à ce que l’on comprenne que ce désir de maison, leur maison, est devenu pour eux le symbole de leur survie.
Tous deux ne manquent pas de pulsion de vie, sans doute assez désespérée, que l’auteur sublime dans les scènes érotiques où la sexualité s’exprime brut et sans détour, insatiable, lorsque les corps peuvent enfin n’avoir ni Dieu ni Maître. L’amour physique est le seul espace où Tika et May sont des individualités à part entière, dans lequel ils peuvent s’exprimer sans entrave, être libres enfin, et cette faim l’un de l’autre jamais assouvie est une perpétuelle reconquête d’eux-mêmes et de leur dignité.
Au fil des pages, on est saisi par la poignante détresse de cette histoire simple et terrible, la justesse avec laquelle Woody Guthrie décrit de façon détaillée le destin impitoyable de l’homme face à l’implacable cruauté du « progrès » et de ses représentants véreux et voraces.
Pour moi, Woody Guthrie possède le souffle puissant du romancier et cette lecture fut une belle surprise.

La maison de terre - Woody Guthrie

Partager cet article

Commenter cet article