Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parures de Petitebijou

Publié depuis Overblog

7 Mars 2013

A propos de ce livre témoignage de Lucie Aubrac, j’ai eu envie de témoigner à mon tour en recopiant quelques extraits d’un texte écrit après que j’ai eu la chance de la rencontrer lors d’un colloque sur la résistance à Lyon, au début des années 90. Ce texte s’intitule : « Une femme ordinaire » et me semble dire en filigrane ce que le lecteur du livre de Lucie pourra ressentir.
« (…)
En début d'après-midi, le colloque a pour thème : Résistance et Mémoire.
Après les premiers discours d'usage, un intervenant s'avance, le volcanologue Haroun Tazieff. De sa voix si particulière, rocailleuse et musicale, il raconte son entrée dans la résistance. Le jeune homme d'alors, plein de fougue et d'énergie à dépenser, rêvait d'action. Sa démarche, une démarche intellectuelle, militante, visionnaire ? Pas du tout. Une envie physique, uniquement, d'en découdre, de se battre, d'écouler la sève qui coule dans ses veines. Et cet homme dans toute son honnêteté nous explique qu'il s'est retrouvé du bon côté de la barrière un peu par hasard, qu'il aurait pu peut-être, si on avait cherché à le séduire, s'engager au sein de la milice.
Je pense à ce film que j'aime tant, "Lacombe Lucien" de Louis Malle et Patrick Modiano, qui a tant choqué lors de sa sortie et encore de nos jours. Pourtant, la vérité d'Haroun Tazieff est là, dans sa crudité et son évidence : on ne choisit pas toujours d'être un héros.
Ce témoignage, d'une simplicité lumineuse, exprimé avec jovialité, suscite quelques interrogations incrédules. Certains ne peuvent se résoudre à accepter une telle insouciance, préféreraient un message plus tranché, sans doute pour se rassurer. Le vieil homme tient bon, chaleureux mais constant, il ne cède aucune parcelle du terrain. Voilà ma vérité : jugez-moi si vous voulez, mais entendez-la.
Une pause d'un quart d'heure est la bienvenue. Les esprits s'échauffent un peu autour de moi, qui reste calme. Ce discours m'est sympathique, rejoint certaines de mes convictions les plus anciennes. L'homme est un être ambivalent. Les porteurs de certitude sont parfois dangereux. Le doute construit. A l'heure du choix, nous ne sommes pas toujours au rendez-vous.
La reprise des débats s'annonce. Une femme s'approche du micro. Grande, âgée, osseuse, plus distante en apparence qu'Haroun Tazieff. Lucie Aubrac. C'est un ancien professeur, qui, je le présume à sa posture, ne devait pas être commode. Sa voix est directe, presque autoritaire, et je m'attends à un discours didactique et un peu péremptoire. Et les mots commencent à dérouler leur chemin jusqu'à mes oreilles, mon cœur, mon âme.
Que dit Lucie Aubrac ?
Qu'elle n'a aucune leçon à donner, simplement le besoin de témoigner. Non pas pour elle, pour régler les comptes du passé, mais pour les êtres d'aujourd'hui. Elle avait deux ans de plus qu'Haroun Tazieff pendant la guerre, mais son engagement fut davantage conscient, militant. A vrai dire, elle ne s'était jamais posé la question. Amoureuse de son métier, elle se sentait charge d'âmes. Amoureuse de Raymond, elle l'accompagna dans la lutte. Au nom de leurs idéaux communs, sans grand discours, sans emphase. Simplement, il fallait que cela soit. Qu'il y ait des femmes et des hommes pour se dresser contre l'inacceptable. Que des réseaux soient créés. Qu'une organisation se mette en place, hiérarchisée, soumise à des lois que l'on doit respecter, même si on ne les comprend pas toujours. Non sans humour, elle raconte la différence entre les hommes et les femmes dans le quotidien des résistants. L'homme, tout entier tendu vers le combat, les armes, déconnecté des considérations domestiques. La femme, portant des messages, assurant les liaisons, distribuant des tracts, et assumant la totalité des tâches ménagères, la cuisine, l'éducation des enfants, perpétuant une certaine routine qui est aussi la vie, et gage d'équilibre. Lucie adopte un ton léger pour raconter les dangers encourus, les incertitudes, les longues heures d'attente et d'inquiétude. Rien en elle ne trahit une fierté qui lui semblerait dépassée, parce qu'aujourd'hui, si elle a acquis une petite célébrité, elle garde en mémoire les milliers d'anonymes dont on ne parlera jamais et qu'elle porte en elle. Oui, ces anecdotes pour nous ressemblent à un film, mais au cinéma les morts se relèvent après le mot fin. Pas dans la vie. Le froid s'insinue jusque dans mes os. Je repense à Jean Moulin, devenu un emblème, mais qui n'était qu'un homme. Et j'y vois là sa grandeur. Lucie ne veut pas s'attarder les heures sombres, elle martèle obstinément : il vous faut résister, aujourd'hui comme hier, à l'oppression, aux idées reçues, à votre peur, vous engager aussi, pour vous, vos amis, vos voisins, le proche et l'étranger. Choisissez vos armes, un bulletin de vote, l'écriture, l'enseignement, l'amour.
Car résister, précise-t-elle, c'est aussi célébrer la vie : rire, partager, faire l'amour, même en temps de guerre, surtout en temps de guerre. Maintenir allumée la petite flamme de l'espérance et des petits moments de bonheur. Une chanson qui passe à la radio, un fruit que l'on déguste avec gourmandise, le sourire d'un enfant, une nouvelle rencontre, l'ami qui vous fait signe alors qu'on ne l'attendait plus...
Plus je l'écoute et plus je me prends d'affection pour cette femme qui m'était apparue revêche, que j'avais préalablement jugée sur son physique, et je comprends que résister c'est tout d'abord commencer à lutter contre sa propre bêtise, les a priori que l'on porte en soi depuis l'enfance, savamment entretenus par la famille, l'école, les dogmes. On n'en a jamais assez de toute une vie pour apprendre, s'ouvrir, changer, se remettre en question. La vigilance est de mise, quand tant de facilité nous tend les bras. La liberté a un prix, et coûte cher, Lucie le sait plus que quiconque. Choisir d'essayer d'être heureux avec les autres, et non malgré eux. J'aime et j'admire cette femme, elle devient mon héroïne, elle qui ne cesse de répéter : je suis une femme ordinaire.
Ordinaire ? Oui, c'est peut-être cela, l'ambition ultime : être ordinaire dans une époque où chacun se veut unique, extraordinaire, court après son petit moment de célébrité aux yeux de tous, quand être aimé d'une seule personne suffirait. Rester humble alors que tant de choses nous dépassent, avec l'orgueil de ne jamais courber l'échine. Accepter ses faiblesses, ne pas les porter en étendard, savoir demander de l'aide, porter assistance à son tour. Appliquer le principe des vases communicants. Ne rien tenir pour acquis et ne pas s'en angoisser.
Cet ancien professeur m'a donné la plus belle des leçons, celle d'un vrai esprit libre.
Une leçon d'humanité. Celle d'une femme ordinaire : Lucie Aubrac. »

Ils partiront dans l'ivresse - Lucie Aubrac

Partager cet article

Commenter cet article