Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parures de Petitebijou

Publié depuis Overblog

4 Juin 2013 Publié dans #Cinéma

Dominique Rabourdin avait pour projet initial d'élaborer ce "Truffaut par Truffaut" sur le modèle du "Hitchcock-Truffaut", le livre référence de tout cinéphile. Truffaut a donné son accord, des entretiens pour étayer le projet furent prévus, mais hélas la maladie du cinéaste a anéanti l'aboutissement de l'entreprise. Soucieux malgré tout de conserver l'esprit de l'œuvre pour laquelle Truffaut s'était enthousiasmé, Dominique Rabourdin a choisi de faire un livre "composé de textes et de propos de François Truffaut, et illustré de photos de lui, de ses films, et de documents s'y apportant". Ainsi, le journaliste s'est effacé derrière le documentaliste, mais le travail effectué est tout à fait remarquable dans sa composition et constitue un superbe hommage à un cinéaste qui reste un des symboles de la nouvelle vague et nous lègue une certaine idée de l'esprit français. De fait, par les extraits d'interviews illustrant les films du cinéaste, Rabourdin trace un portrait sensible et discret de celui-ci, à son image. Aucun sensationnalisme, la vie privée étant davantage suggérée qu'exhibée, l'accent étant plutôt mis sur les années d'enfance si mornes pour ce mal-aimé qui ne devait pas faire de bruit afin de ne déranger personne et s'est très tôt plongé dans les livres, peut-être sa plus grande passion au final. Même si l'on ne connait pas la totalité de l'œuvre de Truffaut, on suivra avec plaisir cet itinéraire passionné d'une œuvre épousant sa vie, de "Une visite" en 1954 à "Vivement dimanche" en 1983. Les actrices ont la part belle de l'iconographie, elles dont il fut perpétuellement amoureux, sans oublier le double Jean-Pierre Léaud/Antoine Doinel dont on ne peut le dissocier.
C'est un livre à déguster lentement, dans l'ordre ou le désordre, témoin d'une œuvre sans doute inégale, mais nous avons tous un chouchou dans la filmographie de Truffaut. Pour moi "La femme d'à côté", non, "La sirène du Mississipi", à moins que ce ne soit "Les 400 coups", avec ce long travelling final sur le jeune Antoine courant vers la mer, la liberté, l'indépendance...

Truffaut par Truffaut - Dominique Rabourdin

Partager cet article

Commenter cet article