Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parures de Petitebijou

Publié depuis Overblog

9 Février 2013

Quel beau livre, mais quel beau livre !!

Son titre est tout empreint d'humilité, de simplicité, mais ce « cahier » est un bijou, une œuvre d'art, qui va bien au-delà d'une série de recettes.

Je n'ai pas beaucoup lu de livres de cuisine mais un certain nombre tout de même, et c'est la première fois que je trouve réunis de façon si harmonieuse et belle, le côté pratique des recettes, la beauté des photos, mais aussi la classe d'une si belle mise en page, typographie, la célébration d'une région sans « folklore » inutile au travers d'un texte émouvant dans le souci du détail et l'hommage vibrant de l'auteur à ses parents et surtout sa grand-mère. Pour moi, on en revient toujours là : la cuisine, c'est l'enfance, enfance vécue comme rêvée, idéalisée. le papier est crème, la police de caractères légèrement ouvragée, chaque chapitre est signalé par une joli frisure, une belle sobriété loin des clichés de la Provence « haute en couleur », qui parle trop fort, non, une Provence qui se murmure comme un secret à l'oreille à qui peut en être digne.

L'auteur est parti d'un cahier de recettes écrit à l'encre et à la plume par sa grand-mère, qui les tenait de sa propre mère, etc… je connais la chanson, et j'aime à l'entendre. La mère de l'auteur les a reprises à son compte, en y ajoutant, concession matrimoniale puisqu'elle était l'épouse d'un alsacien, de la crème et du beurre parfois. Oui, en cuisine comme dans d'autres domaines, la tradition a du bon, mais doit être un peu bousculée, pour se renouveler et évoluer.

Pas d'anecdote pittoresque, simplement la description de scènes quotidiennes, du pique-nique aux repas de fêtes, les menus composés au fil des saisons, les soirées sous la tonnelle, la fête au jardin… tout est ravissement. Je voudrais rajouter dans mon compliment mon admiration pour le travail du photographe Bernard Touillon, dont les images sont d'une beauté stupéfiante, en totale adéquation avec l'esprit du livre, simples mais esthétiques, composées comme des tableaux mais sans ostentation.

Ce livre n'est pas un outil que j'utiliserai dans ma cuisine, trop précieux pour ma maladresse. Je recopierai à mon tour les recettes que je cuisinerai, de la simplicité des aubergines et poivrons à la flamme, aux tellines à l'aïoli qui me rappelleront ma mère et mon père, en passant par les incontournables artichauts à la farigoule, et qui sait, avec un peu de témérité, oserai-je un jour m'attaquer à une bouillabaisse des pêcheurs. L'auteur nous propose, je cite, « une réunion d'amis (…), une promenade gourmande à l'intérieur d'une maison, une maison rêvée qui aurait tout à la fois une terrasse au bord de la mer et un jardin au bord de la Sorgue, un grand salon jaune et un petit salon rouge, un escalier en colimaçon pour aller au grenier, une cuisine de château et un jardin de curé, une fenêtre ouvrant sur la Camargue et une autre sur le mont Ventoux. » Il ne pouvait mieux décrire son entreprise d'une exceptionnelle réussite.

Et me voilà confrontée à un problème : j'ai emprunté ce livre luxueux dans une médiathèque. Vais-je réussir à le rendre ? Mon anniversaire est bien trop loin pour attendre qu'on me l'offre.

Et si je prétendais l'avoir oublié pendant les vacances dans la maison familiale ? Elle n'existe pas, aurait pu, si elle avait été imaginée par ma mère, ma grand-mère, ressembler à celle du livre… mais qui saura mon mensonge, à part ceux et celles qui liront ce billet ?

Le Cahier de recettes provençales - Michel Biehn

Partager cet article

Commenter cet article