Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Parures de Petitebijou

Publié depuis Overblog

3 Avril 2013

Si l'on connait nombre d'écrivains hommes israéliens, les auteurs féminines sont moins l'objet de couverture médiatique, et c'est bien dommage.
Zeruya Shalev explore la société israélienne d'une plume féroce, au scalpel, passionnée et féminine. Le personnage féminin de "Vie amoureuse", Ya'ara, est magnifique dans sa quête de liberté, de sensualité. La jeune femme s'éprend passionnément d'un ami de son père, et choisit d'aller jusqu'au bout de son amour, corps et âme. Le livre est un tourbillon fiévreux, iconoclaste. Le désir est omniprésent, dans les mots comme dans les gestes. Les scènes de sexe sont incandescentes, d'une crudité sans vulgarité, troublantes et charnelles. Ya'ara, au fil du récit, renonce à la pudeur, se soumet à son désir et à l'homme qui l'entraîne dans une folie libératrice. La soumission sera l'arme de l'affranchissement de la famille, de la religion, de tout ce qu'elle a tu depuis toujours. Ya'ara n'est que provocation, dans son amoralité. Son amour est une tornade qui emporte tout, provoque souffrances et destructions. Elle-même s'abîme, mais, et c'est ce qui rend son portrait inoubliable, tout au fond d'elle-même elle a la conviction qu'elle survivra.
A sa sortie, "Vie amoureuse" a été un très grand succès en Israel, malgré des appels à la censure à cause des scènes sexuelles jugées obscènes par les religieux. Il a provoqué des débats très vifs.
Zeruya Chalev continue depuis son exploration de la vie amoureuse, comme dans "Mari et femme", avec courage et un immense talent.

Vie amoureuse - Zeruya Shalev

Partager cet article

Commenter cet article